Maroc : de Rabat à Rabat ou la découverte des Cités Impériales


Le Maroc est un pays qui permet plusieurs typologies de séjours : les uns préféreront la détente oisive en hôtel 4* ou 5* au bord de la Méditerranée  ou de l’océan Atlantique, les autres la découverte d’un Maroc authentique où les paysages divergent au fil des kilomètres parcourus !

En ce qui nous concerne, nous avons opté pour la seconde catégorie de séjour et avons entrepris un périple d’environ 2200 kilomètres en 4×4 dans ce pays haut en couleur et en contrastes.

Notre point d’entrée fut Rabat dont le petit aéroport ne ressemble nullement aux traditionnelles importantes infrastructures aéroportuaires des capitales que nous avons visitées jusqu’à présent.

Carte du Maroc

RABAT :

Rabat est une capitale agréable avec son lot de monuments et autres points d’intérêts touristiques. La circulation n’y est pas aisée et la conduite à l’occidentale guère transposable : nombre de bicyclettes, vélomoteurs charrettes tractées par des ânes sillonnent les rues et demandent la plus grande attention du conducteur…

La ville mériterait à elle seule un séjour d’une semaine !

Les hôtels sont nombreux et de niveaux de confort variables : pour les budgets confortables nous recommandons vivement La Villa Mandarine, agréable Ryad située dans une orangeraie qui s’étend sur plusieurs hectares. La cuisine, française, y est délicieuse et le restaurant constitue l’une des meilleures adresses.

Intérieur du Ryad Villa Mandarine (hôtel) - RabatIntérieur du Ryad Villa Mandarine (hôtel) - Rabat

Notre style de séjour ne favorisant pas les villes, la visite de Rabat s’est limitée à quelques points d’intérêts majeurs.

La Médina : ce centre ville historique regroupe bon nombre de d’échoppes de tout genre et il est agréable de s’y promener sans avoir à regretter de se faire harceler en permanence par les vendeurs locaux.

Ruelle dans la Médina - Rabat

La Kasbah des Oudaïas : elle fut bâtie à la fin du 12ème siècle par Yacou-el-Mansour sur le plus haut lieu de Rabat ; c’est un bel exemple de l’habileté des architectes almohades à faire d’un ouvrage défensif une authentique oeuvre d’art. A ne pas manquer le Café Maure pour ses excellentes pâtisseries et sa vue imprenable sur l’embouchure de l’oued Bou Regreg.

Porte de la Kasbah des Oudaïas

Le Mausolée Mohammed V et la tour Hassan : situé sur les hauteurs de Rabat, au même endroit, La Tour Hassances deux monuments constituent un point de passage obligé.  L’esplanade de la mosquée Hassan est le cadre grandiose choisi pour immortaliser la mémoire de Mohammed V, père de l’indépendance marocaine. Dans le prolongement du sanctuaire détruit, une nouvelle mosquée prend le relais de l’ancienne.

Les tombeaux de Mohammed V et de ses deux fils sont placés dans une vaste chambre funéraire que surplombe une galerie courant le long des murs de marbre, richement décorés ; une somptueuse coupole d’acajou et de cèdre revêtue de feuilles d’or couvre la salle.

Tombeau de Mohammed V

Le Chellah : aux portes de la ville somnole Le Chellah. Il passe pour l’endroit le plus romantique du Maroc et une forte Minaret - Le Chellahimpression de mystère et de solitude plane sur ses murailles, ses ruines et ses tombes.

La muraille rougeâtre de pisé, partiellement renforcée de pierre et de brique, comporte des tours aménagées en chambres de tir. Elle fut achevée en 1339 par le sultan Abou el Hassan afin de protéger les tombeaux de sens ancêtres et les fondations pieuses du Chellah.

fortification - Le Chellah

Notre voyage se poursuit en direction de Marrakech et en laissant Casablanca sur notre droite (la ville moderne ne nous attire guère).

Les quelques 321 kilomètres qui séparent Rabat de Marrakech sont facilement “avalés” en empruntant l’autoroute puis la nationale 9.

MARRAKECH

Marrakech a donné son nom au Maroc ; si elle n’en est plus la capitale, si son prestige a connu bien des hauts et des bas depuis un millénaire, au gré des dynasties régnantes, elle reste selon certains, “La Perle du Sud”.

Nous avions projeté de séjourner deux nuits à l’hôtel Le Mériden à Marrakech afin de pouvoir découvrir plus amplement cette cité dont le nom est souvent évoqué comme le lieu où il faut être au Maroc.

Après une soirée passée sur la fameuse place Jemaa-el-Fna nous décidâmes d’écourter notre séjour tant l’agitation étourdissante et les nuisances sonores nous rebutèrent…

Certes Marrakech demeure une très belle ville, mais elle nous a paru être un “piège à touristes” : vous voulez faire une photo des animations ? Préparez vos dirhams…Porteur d'eau - Place Jemaa-el-Fna - Marrakech

La place Jemaa-el-Fna grouille de monde, touristes et autochtones ; le bruit qui y règne et le harcèlement permanent des chauffeurs de taxi, vendeurs, acrobates et charmeurs de serpent ont quelque que chose de très dérangeant et perturbant… Trop peu pour nous… Le Haut Atlas et les vallées du Drâa et du Dades nous attendent…

Marrakech Place Jemaa-el-Fna

Marrakech Place Jemaa-el-Fna

Départ donc vers Ouarzazate, puis Zagora dans la Vallée du Drâa.

Le trajet se fait en empruntant encore une fois la nationale 9, vers le sud.

205 kilomètres de route sinueuses séparent Marrakech de Ouarzazate.

La route de Marrakech à Tizi-n-Tichka est parmi les plus belles du Maroc ; elle franchit le Haut Atlas au col de Tizi-n-Tichka et a été construite par la Légion Etrangère dans les années 1920.

Les conditions de circulation sont bonnes, la route est excellente mais demande beaucoup de prudence. Après Aït-Ourir, on aborde les contreforts de l’Atlas ; la vue plonge directement sur une dépression entourée de montagnes et hérissée de pitons auxquels s’accrochent village aux abords de Aït Ourir quelques villages (Kasbah). On remarque au fond l’oued Zate, dont on remonte les gorges. Les cultures en terrasses et les arbres fruitiers laissent la place aux pins d’Alep et aux chênes verts, puis aux affleurements de roches sombres.

Une fois passé le village de Taddert,  la route en lacet s’élève progressivement pour atteindre le col de Tizi-n-Tichka (col des Pâturages) qui, à 2 260 m d’altitude, est le passage routier les plus élevé du Maroc. Le Maroc comme nous l’aimons…Taddert

Echoppes - route de Marrakech à Ouarzazate - Haut Atlas

Artisant - Village de Taddert

Quelques kilomètres avant Ouarzazate, nous bifurquons sur la gauche pour emprunter sur une vingtaine de kilomètres une route étroite en direction de Âït-Benhaddou. Nous avons hâte de découvrir le Ksar (fort) de cette petite localité.

Il s’agit d’un extraordinaire entassement de construction en pisé brun-rouge et constitue un grand classique du tourisme marocain (des scènes de Laurence d’Arabie y ont été tournées).

Ksar à Âït Benhaddou

Le Ksar est un dédale de ruelles entre de hauts murs, des terrasses étagées de belles tours décorées de motifs géométriques. Des Kasbahs s’y sont empilées sur une colline, un donjon culmine.

Ksar à Âït Benhaddou

Préparez vos cartes SD ou CF ! Et si vous manquez de matériel vous pouvez toujours vous adresser au marchand local… Enfin, mieux vaut se munir des dernières merveilles technologiques occidentales…

Labo photo - Âït Benhaddou

La visite effectuée, nous reprenons la route vers Zagora, en laissant sur notre gauche Ouarzazate.

La nuit approchant, il nous faut à présent trouver de quoi nous loger et les infrastructures hôtelières ne sont pas légion dans les parages… Le 4×4, heureusement assez confortable pourrait bien nous héberger pour la nuit…

La chance nous sourit : après nous être transformés en messagers pour deux jeunes adultes en panne de voiture, nous sommes accueillis par le destinataire du message, un charmant berbère qui nous offre le thé et nous met en contact avec un aubergiste à Tamnougalte (sud de Zagora). Notre hébergement est assuré…

Nous arrivons donc dans la Kasbah de Tamnougalte où nous découvrons la Maison d’Hôte recommandée par notre berbère : Chez Yacob.

La première impression nous laisse songeurs… et nous pensons à passer notre chemin, quitte à dormir dans le 4×4…

Chez Yacob

Vu de l’extérieur, l’endroit nous paraît plus que rudimentaire , voire vétuste et, bien que nous ne rechignions pas à séjourner dans endroits “basic”, nous tenons néanmoins à un minimum de confort et de salubrité…

Chez Yacob

Après quelques hésitations, nous décidons toutefois de progresser et de constater de visu l’état des lieux… Et là ! Surprise ! L’auberge/maison d’hôtes et charmante et le propriétaire accueillant. En fait il s’avérera que cette petite et isolée maison d’hôtes est très cotée et réputée, le tout pour un prix en demi pension de 600 dirhams, soit environ 60 euros… : chambre confortable, repas succulents et terrasse avec vue imprenable sur la palmeraie ! A conseiller sans restriction.

salle à manger Kasbah Tamnougalte - Vallée du Dra Palmeraie - Tamnougalte - Vallée du Dra Terrasse chez Yacob

Nous quittons Tamnougalte pour nous diriger vers le point le plus méridional de notre périple : Mhamid en empruntons toujours la nationale 9 qui serpente au milieu de la vallée du Drâa.

Notre progression vers Mhamid et la frontière algérienne s’avère plus difficile que prévu en raison d’une tempête de sable qui se lève et qui ne semble pas vouloir diminuer au fur et à mesure que nous approchons du but.

Tempête de sable - route de Zagora à Mhamid - Vallée du Dra

Tempête de sable - route de Zagora à Mhamid - Vallée du Dra

Le sable s’infiltre partout dans l’habitacle du 4×4 par les ouvertures de climatisation.

Pas question de faire demi-tour si près de notre destination que nous atteignons un peu plus tard.

une évidence

Mhamid est un gros bourg endormi au soleil qui ne s’anime que le jour du Souk. Il est le dernier centre administratif du Drâa, la frontière algérienne n’étant qu’à 50 kilomètres de là.

Tempête de sable - Mhamid La population est composée à la fois d’Arabes appartenant à des tribus sahariennes, de Berbères de la tribu nomade des Âït Atta et de gens à peau noire comme les Draoua et les Sidna Bilal, originaires du Soudan.

Le jour du Souk, Mhamid offre l’un des marchés les plus colorés du Maroc. Malheureusement, en raison de la tempête nous n’arrivons qu’à 12 heures et le Souk a vécu…

Tempête de sable - Mhamid

Pas question non plus de tenter de nous aventurer sur les dunes de sable du Sahara, les conditions étant trop dangereuses et la tempête de sable augmentant de puissance.

Nous décidons donc de rebrousser chemin pour nous diriger, après une nuit à l’hôtel FRAM à Zagora, vers la vallée du Dadès et plus particulièrement les Gorges du Dadès et du Todra.

Le Dadès, qui naît sur le versant sud du Haut Atlas, tranche en coup de sabre la montagne à travers d’épaisses assises calcaires. Gorges du DadesLes gorges sont somptueuses et sont accessibles aux voitures de tourisme (4×4 de préférence).

A la sortie d’Âït Oudinar la vallée se resserre inexorablement entre les parois vertigineuse de calcaire massif qui constituent l’entrée des gorges proprement dites, particulièrement étroites et sombres.

Gorges du Dades

4x4 dans les Gorges du Dades

Les Gorges du Todra, quant à elles, peuvent être parcourues en utilisant des pistes situées à la fin des Gorges du Dadès.

Mais l’entreprise peut être périlleuse sans un guide chevronné en raison de la multitude des départs de pistes et surtout de la route particulièrement difficile.

Il est donc préférable de reprendre la nationale 10 vers Tinerhir et de les découvrir à partir de ce village.

Gorges du Todra

Notre prochaine étape est Errachidia où nous ne faisons que séjourner pour une nuit avant de nous diriger vers une autre cité impérial : Fès (à 364 kms).

Pour ce faire nous empruntons la nationale 13 qui sillonne la vallée du Ziz en croisant les villes de Midelt et d’Azrou.

Entre Timahdite et Azrou la végétation change complètement pour laisser place à une dense forêt de Cèdres qui abrite des singes Macaque berbères ou Magot.

Singe dans une forêt de Cèdres avant Azrou

Le long de la route nous découvrons également les habitats plus que rudimentaires de nomades.

Campement rudimentaire - route vers Azrou

FES

Fès ou Fez est la troisième plus grande ville du Maroc. C’est l’une des quatre “villes impériales.

La ville « Médina Fès » a été fondée par Idris 1er en 789 à la place de l’actuel quartier des Andalous. En 808, Idris II fonde « al-Aliya » sur l’autre rive de l’oued de Fès. Al Aliya se développe très vite et devient une véritable ville avec mosquée, palais et kisariya (halle, marché).

La médina de la cité constitue bien entendu un haut lieu touristique de la ville. Les ruelles étroites regorgent de petits commerçants qui vantent les mérites de leurs articles sans trop insister et vous harceler. Le harcèlement émane plutôt des divers pseudo guides qui se proposent de vous faire découvrir des endroits secrets et peu habituels.  A éviter absolument…

Médina - Fès

Médina de Fès

Le quartier des tanneurs dégage une odeur pestilentielle et nous ne nous y aventurerons pas, préférant découvrir l’architecture de ses palais et du souk.

Palais jadis occupé par Lyautey

Après un séjour de deux nuits dans un palace local, nous reprenons notre route vers Rabat, sans omettre chemin faisant, de nous arrêter pour visiter le site archéologique de Volubilis.

Volubilis est une ville antique romaine située sur les bords de Oued Khoumane, rivière de la banlieue de Meknès (Maroc), non loin de la ville sainte de Moulay Idriss Zerhoun où repose Idrîs Ier.

Volubilis - près de Meknes

Le site est sis à 400 m d’altitude sur le plateau du massif du Zerhoun, à 62 km de Fès et à 33 km de Meknès. Il présente les ruines romaines les plus étendues et le mieux conservées du Maroc.

Une demi-journée est amplement suffisante pour parcourir le site.

Le principal intérêt de la cité réside dans l’état de conservation des ses mosaïques, lesquelles témoignent de son antique prospérité. Malheureusement le site est en danger par défaut de conservation et de protection.

Volubilis

A voir, en utilisant non l’autoroute pour s’y rendre mais la route nationale qui traverse des paysages magnifiques.

Fin du séjour à Rabat.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.